Retour en Centrafrique

La Centrafrique ne fait plus la Une des journaux depuis quelques mois, et c’est pourquoi je suis heureux de pouvoir vous donner des nouvelles fraîches, émanant d’un témoin direct! Une amie que j’avais rencontrée dans le cadre de mon départ en Centrafrique en 2009 est retournée là-bas quelques jours. Elle a bien voulu m’écrire ce témoignage, qui me semble très précieux:

Kiringo na Beafrika… Retour au Centrafrique. 4 ans après.

4 ans après mes deux ans de volontariat, puis le coup d’état de factions rebelles, l’emballement du pays dans un conflit devenant religieux (milices chrétiennes « anti-balakas » face aux musulmans « séléka »), la succession de deux chefs d’état de gouvernements provisoires, l’opération Sangaris (militaires français), puis la main laissée à la Minusca (casques bleus).

Tous ces événements que j’avais suivis de loin, peinant à obtenir des nouvelles de la part de mes amis, et n’ayant toujours qu’une seule envie en tête : être là-bas, auprès d’eux, dans ces moments difficiles.

J’ai enfin pris la décision d’y retourner, durant deux semaines, ce mois de février 2015.

Voyage magique, à revivre un moment fort de mon expérience de vie ; voyage douloureux, à constater les difficultés, l’incertitude, la peur dans lesquelles s’enfonce le pays ; voyage profond enfin, tant l’expatriation à l’autre bout du monde amène à se poser des questions essentielles sur ce qu’on est.

Il y a tout ce qui ne change pas. L’aéroport de Bangui et son organisation des plus stupéfiantes, les sourires et le sango, l’odeur du manioc et des feux de bois, les couleurs dans les rues et les taxis aux pare-brises raccommodés de scotch… Je suis accueillie comme une reine, à Bangui comme à Maïgaro, par mes amis centrafricains, par les missionnaires qui sont toujours là, eux… Dormir au quartier, cuisiner avec Christelle, manger 6 repas par jour pour honorer toutes les invitations, sortir danser à Tati, se poser au bord de l’Oubangui pour déguster du poisson grillé et des bananes plantains… Il fait beau, il fait chaud, les coqs chantent bien trop tôt et la musique des bars est bien trop forte (il faut bien couvrir le bruit du groupe électrogène), les négociations au marché vont bon train et mon arrivée suscite fêtes, rires, cris, déluges de souvenirs.

J’ai ressorti mes pagnes, on me félicite pour ma bonne mine (avec l’élégance Centrafricaine si caractéristique : « tu es d’une blancheur extrême c’est magnifique ! » « tu as tellement grassi que je ne te reconnais pas ! »), on se souvient de mes goûts et on me cuisine mes plats préférés, on me rappelle qu’on est très intéressé pour se marier avec moi (même si on a déjà 2 ou 3 femmes), je vais au marché de Yongo avec Christelle, comme tous les jeudis, je fais des virées en taxi-moto…

Il y a aussi tout ce qui a avancé, les enfants qui ont grandi et parlent de mieux en mieux français, mes anciennes élèves qui sont maintenant à l’université et deviennent de belles femmes, celles qui sont enceintes ou ont eu des enfants, le collège où j’enseignais qui continue de former des générations d’élèves dignes et responsables, mes collègues qui vieillissent mais qui gardent leur curiosité, et qui se mettent même à l’informatique, les amis qui poursuivent leur petit bonhomme de chemin, ceux qui sont décédés, aussi. La vie qui s’écoule.

Il y a surtout toute cette histoire qui nous sépare, ces 4 années où je n’ai pas été là, et durant lesquelles les gens ont vécu dans l’angoisse, dans les déferlements de violence, dans la haine du voisin avec qui ils s’entendaient si bien… Ils me parlent tous de cela, dès les premiers mots de nos retrouvailles. « Tu sais, la situation ici… » ; ils saluent mon « courage », celui d’être venue « malgré les événements », alors qu’ils ont continué à vivre, eux, plongés dans cette horreur, pendant tout ce temps. Ils me racontent ce qu’ils ont perdu : des membres de leur famille, leurs amis musulmans, leurs années d’études, leur espoir dans l’avenir… Ils me font sentir aussi que la situation risque de durer longtemps, très longtemps, avant de revenir à un semblant de normalité. La vengeance et la haine parsèment encore parfois leurs discours. Les amalgames et la radicalisation vont bon train. La réconciliation ne sera pas intuitive et immédiate.

On sent tous ces changements dès qu’on atterrit à Bangui. Il reste des camps de réfugiés près de l’aéroport. Des gens qui vivaient dans les quartiers peuplés aujourd’hui par les anti-balakas. Et puis, quand je me promène à Gobongo ou dans certains quartiers de Bangui, les gens me regardent bizarrement. Ils sont rares, les munjus [Les blancs, NDLR] qui s’aventurent dans le coin. Je n’en vois plus trop, d’ailleurs, des munjus. Seulement dans des voitures, dans les quartiers sécurisés. Je dois être la seule touriste du pays…

Une profusion de militaires, centrafricains ou casques bleus, issus de diverses nations, vêtus de tout leur attirail (comment font-ils pour ne pas s’évanouir de chaleur ?), effectuant des allers-retours en chars blindés toute la journée, les hélicoptères prenant le relais la nuit, en tournant au-dessus de Bangui…

La surreprésentation des ONG, qui s’organisent sans trop de coordination, aspirant les dernières forces vives du pays, piétinant de leurs gros sabots les structures qui existent dans le pays depuis des années, lançant campagnes de distribution et projets de développement dans tous les sens, au nom de la sacro-sainte urgence humanitaire…

Les voitures calcinées au bord des routes, souvenir des Sélékas en fuite vers le nord du pays ; les quartiers musulmans vidés de leurs habitants, les mosquées démantelées jusqu’aux fondations. Plus de musulmans (en tout cas beaucoup moins qu’avant), quasiment plus de peuhls, donc plus de viande de vache, plus de lait, plus de moutons… le régime alimentaire se modifie (parce qu’en échange, il y a les rations militaires que les gens réussissent à récupérer et à revendre !).

Le pays est le même, mais il a aussi bien changé. Et quand on sait qu’il replonge dans de telles crises tous les 4-5 ans… Comment les gens font-ils pour tenir, malgré tout, pour construire des projets, pour s’accrocher à la vie et à l’espoir ?

Mon collègue d’histoire qui continue de parler de son projet d’ouvrir une école primaire avec de bons enseignants, pour permettre de dispenser aux jeunes une excellente formation. Il a maintenant acheté les murs de l’école, et il commencera prochainement le recrutement des profs. Mes élèves qui poursuivent leurs études, malgré les années blanches, malgré les tirs qui résonnaient dans les quartiers lorsqu’elles passaient leur bac. « Je veux aller finir mes études à l’étranger, pour revenir ici après, et pouvoir aider au développement de mon pays », me disent-elles. Christelle qui a acheté un petit terrain pour faire construire une maison à elle, le chantier n’a pas encore commencé, elle attend petit à petit d’avoir assez d’argent pour commencer. Grzegorz, prêtre polonais, qui réfléchit toujours au projet de mettre en place un lycée technique performant, pour former de bons électriciens, menuisiers, maçons, dont le pays a besoin… Un homme d’une cinquantaine d’années, rencontré à Bangui, qui souhaite relancer son projet d’éducation de la jeunesse par la bande dessinée, le théâtre et la culture…

Et tant de projets parsemés d’espoir, que ces gens continuent de rêver et de construire, envers et contre tout…

On prend des claques quand on rencontre de telles forces de la nature. Penser l’avenir n’a pas le même sens, ni la même valeur, de chaque côté des tropiques…

Comme souvent, lors de ces voyages si intenses, je rentre complètement vidée… mais aussi remplie de beaucoup d’émotions, sentiments, images et sensations, indicibles, intouchables, mais vivants.

Publicités

Délicieux jardins d’Abyssinie

En février, c’est la saison sèche en Ethiopie, en particulier dans le Nord, paysage désertique et rocailleux. Dans ces montagnes brunes jaillissent parfois quelques fleurs, arbustes, jardins… touches de couleurs magnifiques au milieu de la désolation.

Si quelque botaniste venait à passer par ce blog, je lui serai très reconnaissant de me donner les noms des plantes ici photographiées, car je suis un inculte en la matière.