Comment chier dans les bois?

La question peut sembler triviale, mais pour tous les amoureux de la nature, elle est à prendre au premier degré. Car elle est fondamentale, dans le bois comme dans le désert, la neige, la mer, ou la montagne. Randonneurs, scouts, marins, touareg, alpinistes, joggers, chasseurs, pygmées, voyageurs de toute espèce… tous nous avons un devoir de bien chier dans la nature. Et cela s’apprend : cela nécessite une technique et une éthique.

En 1989, Kathleen Meyer – une américaine – a répondu à cette épineuse question dans un ouvrage qui a connu un succès retentissant et qui a été traduit en France par le titre que j’ai donné à cet article. Avec ce livre, Meyer répondait enfin – et avec précision – à la question qu’aucun guide ou revue pour routards n’avait osé aborder.

Ce livre et l’avant-goût dont je vais en donner dans cet article apparaîtront futiles – voire vulgaires – à ceux qui ne quittent jamais la ville ou qui ne se sont jamais mis dans la situation de ne pouvoir chier dans des toilettes convenables. Tous les autres – ou au moins ceux qui ont conscience que seule 60% environ de la population mondiale est équipée de toilettes – comprendront que le sujet n’est ni futile ni vulgaire : il est vital.

Pour s’en convaincre, il suffit de se poser cette élémentaire et minuscule question : où vont donc les tonnes de merdes évacuées chaque jour par les 12 millions d’habitants de l’agglomération parisienne ? Vous pouvez bien sûr élargir la question aux 7 milliards d’êtres humains qui souillent la planète de leurs déjections, et plus encore à tous les animaux de la Création qui en font autant. Et songez que cela dure depuis plusieurs centaines de millions d’années…

Parce que la merde est absolument dégueulasse, se soucier de ce qu’elle devient dans la nature n’est pas vain.

En effet, « quelque 2,5 milliards de personnes n’ont pas accès à un « assainissement amélioré » – autrement dit à des toilettes hygiéniques, autre chose qu’une simple planche posée au-dessus d’un trou –, 1,1 milliard n’a d’autre choix que de déféquer dans un champ, au bord d’une rivière, en forêt, dans un sac plastique ou sur un terrain vague, selon les recensements communs de l’Unicef et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). » Vous trouverez plus de précisions sur ces chiffres en cliquant ici.

Ces excréments répandus sont la cause de nombreuses maladies parfois mortelles : choléra, bilhariose, glamdia… Entre 2009 et 2011, j’ai vécu dans la brousse en République Centrafricaine ; j’ai ainsi personnellement expérimenté le fléau de l’insalubrité des toilettes dans les pays pauvres. La maison où je logeais était équipée de toilettes, certes, mais ceux-ci étaient d’une salubrité toute relative. A force de chier debout, je m’étais bien musclé les cuisses. La plupart des logements étaient équipés de sanitaires plus que sommaires, aussi bien dans ma brousse qu’en ville. Je me souviens sans nostalgie de ce jour où, victime d’un mal qui agissait fortement sur ma vie intérieure, je m’étais retrouvé dans l’un de ces immondes gogues à devoir évacuer simultanément par tous les trous de pressantes excrétions.

Je me rappelle aussi de ces hommes du quartier qu’on avait embauché pour vider la fosse septique de notre maison. Celle-ci était en passe de déborder, et la vider était devenu plus qu’urgent. Mais nos hommes avaient eu la malheureuse idée de vendre les pioches et les gants que nous leur avions prêté pour leur désagréable besogne. Manquant d’à propos, ils avaient effectué leur recel avant leur travail. Ils s’étaient ensuite plaint d’avoir eu à extraire à main nue notre merde accumulée depuis plusieurs mois! Je suis sûr qu’ils ont ensuite dû dépenser en soins le maigre bénéfice de leur larcin.

De mes séjours passés à Bangui j’avais tiré un article dont je vous livre ici un large extrait :

La rue monte sous le soleil. La poussière du sol est secouée à chaque pas posé maladroitement pour éviter les entailles et les ordures jonchées. Quelques rigoles artisanales en guise d’égouts laissent couler une eau sale. Arrivé à la maison de mon élève, on a peine à penser qu’on est à encore à Bangui, la capitale et plus grande ville du pays. Pourtant, le centre n’est qu’à quelques minutes en voiture. Mais, déjà, reculé dans ce quartier à flanc de colline surplombant quelque peu la ville, on se croirait en brousse. Quelques maisons éparses, des bêtes qui broutent et défèquent, les bruits de la ville sont loin : les voitures sont rares à venir jusqu’ici. L’élève qui m’a invité me l’assure : « Si vous parlez de ce quartier aux gens, ils ne vous croiront pas qu’il existe. L’urbanisation est récente ici. C’est un quartier en plein développement. » Urbanisation, a-t-il dit : je ne suis pas sûr que le terme soit très approprié. Bangui, comme beaucoup de villes du sud, apparait parfois comme un vaste bidonville. Très vite, quand on quitte les grands axes pour s’enfoncer dans les quartiers, on découvre un dédale de ruelles sales, fragiles, mal entretenues, bordées de quelques arbres nus et de cases en terre cuite que le soleil vient assommer de ses rayons humides.

Je ne suis là que pour quelques heures. La maison de mon élève est plutôt spacieuse si on la compare avec les autres du quartier. Elle est « en dur », c’est-à-dire en matériaux durables. Quand on passe la porte d’entrée, on se retrouve dans une grande pièce, bien éclairée, avec un mobilier relativement confortable : canapés, télévision, grand buffet, etc. La famille n’est pourtant pas richissime, mais les parents ont un emploi stable, et ils sont régulièrement payés. Je discute avec mon élève, avec un de ses grands frères qui est au lycée technique de Bangui. Le plus petit vient trainer également dans les parages avec les petits voisins, étonnés de voir ce blanc ici, tranquillement assis. Derrière la maison, une femme – un genre de gouvernante – prépare à manger avec une autre jeune fille ; cette dernière est présentée comme la sœur de mon élève. Mais je comprends en l’interrogeant qu’elle est plutôt ce que nous appelons, nous, une cousine, sans doute recueillie par les parents de mon élève. La RCA est un petit pays (en terme de population : environ 4 millions d’habitants) et les gens ont souvent des parents partout. Il n’est pas rare de voir des neveux ou des arrière-cousins loger chez soi, sans qu’on ait vraiment le choix : les solidarités familiales sont parfois contraignantes.

Quelques semaines plus tard, j’ai tenté l’expérience de passer quelques nuits dans un autre des quartiers de Bangui. C’était pendant les congés de Pâques. Je suis arrivé vers 18 heures. Je devais appeler la « sœur » d’un des stagiaires de la paroisse de mon village dès que j’arriverais, afin que nous nous retrouvions devant l’église Notre-Dame d’Afrique. Elle était accompagnée d’un « cousin » dont le rôle était de traduire nos conversations (la sœur parlait mal français).

Comment expliquer correctement cette expérience ? Angoissante ? Authentique ? Dépaysante ? On m’a installé dans une minuscule petite maison, grande comme un lit double, sans électricité. Le reste de la famille (9 personnes) est dans une autre maison à côté, un peu plus grande (trois ou quatre petites pièces très sombres). Il y a sous le toit cinq enfants, dont quatre filles, toutes très jolies, de 12 à 16 ans. L’une d’elle, Nelly, 14 ans, illettrée, très séduisante et serviable, ne va pas à l’école, elle a été recueillie par la famille. C’est une famille pourtant elle-même très pauvre, qui semble essentiellement vivre de la vente, devant chez elle, de produits divers (arachide, sésame, manioc, huile …). M’accueillir doit être un peu stressant ; c’est sans doute pour eux aussi une expérience originale. Le premier soir – il faisait déjà nuit – tandis que je discutais avec le cousin, dehors, et que les enfants s’endormaient sur une natte, Nelly m’annonce que la « douche est prête ». Le cousin me traduit « elle t’a fait chauffer de l’eau. » Elle m’emmène derrière la maison où se trouve la « douche ».

Je découvre en fait que la douche et les toilettes sont au même endroit – je veux dire qu’ils sont le même endroit, et je comprends alors pourquoi les Centrafricains emploient le même mot pour les désigner : une cabine un peu surélevée, composée d’un trou et de quatre murs autour ; pas de toit; les murs ne sont pas très élevés, ce qui fait que lorsqu’on se douche ou qu’on fait ses besoins, on peut voir tout le monde (et bien sûr tout le monde peut nous voir).

Comment donc chier en milieu hostile ? En Haïti, il m’est arrivé de passer deux semaines, en ville, dans une maison qui n’était pas équipée de toilettes. Je chiais comme je pouvais: au restaurant, chez le voisin, dans des terrains vagues, dans la mer. Cela m’obligeait souvent à pratiquer de la rétention d’excréments jusqu’à trouver le lieu adapté.

En effet, il convient d’abord, lorsque cela est possible, de bien choisir le lieu du terminus de vos repas. De préférence, sachez joindre l’éthique à l’esthétique. Cela implique de remplir deux critères, l’un obligatoire et l’autre facultatif. L’obligatoire, c’est celui qui respecte l’environnement et le paysage : il s’agit en premier lieu de veiller à sortir, ne serait-ce qu’un peu, des sentiers battus pour ne pas incommoder ceux qui les fréquentent ; en second lieu, le souci de la santé publique impose d’éviter la proximité des cours d’eau. Il importe donc de chier le plus haut possible, ce qui a l’avantage de souvent permettre de remplir le deuxième critère, facultatif celui-là, de pur agrément : dénicher un lieu où le panorama vaut le détour. Rien de plus réconfortant que de chier face aux splendeurs que la Terre nous offre. Attention toutefois, il n’est pas rare que ces lieux rares aient été dénichés par d’autres avant vous.

Une fois trouvé ce coin de paradis, l’idéal est de creuser son trou. Quelques centimètres suffisent mais nécessitent tout de même non seulement le matériel adéquat, mais aussi une certaine dose d’anticipation. Lorsqu’on a déjà consacré du temps à chercher le lieu approprié (en admettant que le mot « approprié » soit celui qui convient pour le présent sujet), il peut être trop tard pour ce dernier effort avant l’accroupissement.

Une fois la question du trou résolue, l’essentiel est fait ; il n’y a plus qu’à. Il faut simplement penser à reboucher votre trou, remporter le papier (ou à la rigueur le brûler). Je ne m’attarde pas sur les conseils pratiques quant à la position à adopter : c’est à chacun de faire ses expériences pour trouver la plus confortable. J’ajoute tout de même une note pour les marins : même si l’océan possède la faculté de détruire assez vite les excréments, il convient de respecter une certaine distance respectueuse des côtes (au moins 5 kilomètres) pour ne pas ajouter vos merdes aux pollutions déjà importantes du monde moderne (marées noires, sortie d’égouts, etc.)

Pour achever de vous convaincre de l’importance et du sérieux de mon article, je vous livre cet extrait de la Bible (si même la Bible parle de caca, c’est bien la preuve que ce n’est pas de la rigolade). Admirez au passage le superbe euphémisme employé :

« Saül [qui cherchait David pour le tuer] arriva aux parcs à moutons qui sont près du chemin ; il y a là une grotte où Saül entra pour se couvrir les pieds. Or David et ses hommes étaient assis au fond de la grotte. […] David se leva et coupa furtivement le pan du manteau de Saül. Après quoi, le cœur lui battit [et il renonça à le tuer en cette situation]. Saül se redressa, quitta la grotte et alla son chemin. » (Premier Livre de Samuel, 24, 4-8, trad. Bible de Jérusalem)

L’histoire ne dit pas s’il avait creusé son trou*.

(* Mais on peut supposer que oui, car il est écrit dans le Deutéronome : « Hors du camp, tu disposeras d’un emplacement et c’est là, au-dehors, que tu sortiras, muni d’une pioche dans ton équipement. Accroupis-toi là, à l’extérieur, puis creuse et recouvre tes excréments. » (éd. Bayard) On ne peut être plus clair…)

Bibliographie :

MEYER Kathleen, Comment chier dans les bois – pour une approche environnementale d’un art perdu…, 1989, rééd. Edimontagne, 2001 pour la traduction française

Une réflexion sur « Comment chier dans les bois? »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s